Vivre le Post Terme

Bon, l’attente n’aura pas été trop longue pour vous j’espère que vous serez au rendez-vous.

Après vous avoir partagé mes neufs mois de grossesse, je vous avais laissé en suspens au 10 novembre 2014, jour du terme (ICI pour le replay). Mais alors que s’est-il passé?

Selon les recommandations des gynécologues, j’ai appelé les sages-femmes le 9 Novembre afin de prendre rendez-vous pour un contrôle le jour du terme si rien ne se présentait d’ici là.

Nous sommes un lundi, Paps ne travaille pas, il m’accompagne donc à la maternité à 10h. Après avoir fait pipi dans le petit pot, la sage-femme m’ausculte : col long, fermé. Après un monitoring d’une heure, tout va bien, le rythme cardiaque est correct, aucune contraction d’enregistrée, le rendez-vous est pris pour dans 48h.

Ni une ni deux, j’appelle mes parents à la rescousse… Ben oui, je ne peux plus conduire… Enfin disons que je touche les pédales mais ne peux plus tourner le volant… Mon bidou faisant obstacle… Et Paps va reprendre le travail! Je vais donc avoir besoin d’un chauffeur…

Le mercredi, j’étais donc accompagnée de ma maman. Encore le petit pipi avant d’être auscultée, rien ne bouge, puis monito en attendant une échographie de contrôle, théoriquement obligatoire dans le cadre d’un dépassement du terme. Finalement, l’échographie est impossible ce jour là ou alors en fin d’après-midi, il n’est alors que 10h! Nous prenons donc rendez-vous pour le lendemain et je rentre à nouveau chez moi! Bon là, petit père, oui nous avons eu peur lorsque à cinq mois je contractais mais là, maintenant, c’est bon, tu peux sortir!

Le jeudi matin, c’est reparti! Accompagnée de mon beau père cette fois, après le rituel : pipi, auscultation, moni… ah ben non, on me coupe en plein monitoring, je suis attendue à l’écho! Sur le coup, je me dis, chouette je vais pouvoir le voir, peut-être cela va le décider! Ouais hé bien, cela ne l’a ni décidé, ni ne m’a rassuré!! En effet, le radiologue m’indique qu’il va pas falloir trop attendre car le bébé fait 3kg400, je suis en oligoamnios (c’est à dire que la quantité de liquide amniotique est très faible) et qu’il peut y avoir un risque pour le bébé!! Génial! A part ça, on me renvoie chez moi, jusqu’au lendemain matin! On me demande quand même d’arriver à jeûn avec les affaires car mon dossier passera en commission interdisciplinaire pour la conduite à tenir. Sur ce, je passe une après-midi horrible, à guetter le moindre mouvement de crevette. Dès qu’il ne bouge pas durant plus de 10 min, je le stimule et le réveille afin de me rassurer!!

Vendredi matin, 6h15, ma collègue et voisine propose de m’amener puisqu’elle, elle va travailler. Arrivée à la clinique à 7h, la sage femme m’installe au monito, oui après le pipi dans le pot, rassurez-vous… On ne change pas les rituels! 1h30 plus tard, elle revient en compagnie du gynécologue de garde pour m’expliquer qu’ils ne me déclencheront pas, le monito est très correct, crevette n’est pas en souffrance donc ils préfèrent attendre lundi, dernier délais, avec contrôle tous les matins du week-end tout de même! Avant que je ne parte, la sage-femme revient me voir et me propose un décollement placentaire. M’expliquant que cela peut faire très mal, mais que généralement c’est efficace. A la base, je n’étais pas pour ce geste traumatisant… Mais il faut avouer que la fatigue de se déplacer tous les matins (petit rappel, j’ai 45 min de route par trajet) et le stress de cette attente, me font changer d’avis… Je veux tout essayer…

Bon je dois vous rassurer… Cela fait effectivement très mal! En tout cas, moi j’ai dégusté… Surement dû au fait que mon col n’était toujours pas modifié ou limite… Voila c’est fait, j’appelle mon frère et il me ramène chez moi!

Samedi/Dimanche, je vous la fait rapide mais vous vous doutez que je me rends à la maternité tous les matins… Mais rien… Non, non il ne veut pas nous voir!!

Ahhhh Lundi, Enfinnnnn! Je me rends à la clinique accompagnée de Paps, à 7h, à jeun, les valises dans le coffre! On m’installe, m’ausculte et m’explique que le gynéco de garde viendra faire la visite, revoir mon dossier pour décider du protocole. A 8h, la sage-femme revient, m’expliquant que l’on va me déclencher par tampon hormonal car mon col ne se modifie pas, il faut agir en local!

8h45 la journée peut commencer, pose du tampon hormonal suivie d’un monitoring durant 1h. Pendant ce temps, on annonce à Paps qu’il peut aller faire l’admission, car de toute façon nous rentrerons à trois à la maison! Je ne peux résister à poser la question : combien de temps faut-il pour que cela fasse effet et déclenche? Coup de massue lorsque le personnel m’annonce : entre 1 et 72h!! Ma réponse fut directe « 3 jours vous oubliez!!« . Fin du monito, tout va bien, aucune contraction, j’ai droit à quartier libre pendant 1h avant de faire un nouveau monito! Nous décidons donc de prendre possession de la chambre et de nous installer! En allant chercher les valises à la voiture, j’aperçois mes collègues qui me scrutent par la fenêtre du 6ème étage!!

Bon 1h, ça passe vite… Nouveau monito, RAS, il est déjà l’heure du repas!  Prochain rendez-vous à 14h. Dans ce contexte, c’est une chance d’avoir les collègues 5 étages au dessus!! Il faut stimuler la descente de crevette, no problémo, on prends les escaliers pour aller boire le café avec les copines!

14h, petite évolution, le col est légèrement raccourci^^ Hiha!! Alors ni une ni deux, durant mon quartier libre, je remonte voir les collègues! Quelle efficacité, au contrôle de 16h, ouverture à 1… Bon, toujours aucune contraction…

A 18h, repas puis je vais souhaiter une bonne soirée à mes collègues qui se foutent de ma démarche!! En effet, les escaliers commencent à me fatiguer! Paps rigole à chaque demi-étage où je m’arrête!! Trente minutes plus tard, j’ai monté mes cinq étages!

Après la surveillance de 20h, nous commencions à nous poser dans la chambre, cela stagnait. Paps décide de vouloir rentrer (il a une peur bleue du milieu hospitalier, donc ne restait pas dormir) et que je l’appelle si quoi que ce soit se présente! Ayant une sensation de perte, je lui demande d’attendre que j’aille aux toilettes… Et là… De l’eau coule… Le prochain contrôle est à 22h alors je décide d’attendre un peu…Nous allons en salle d’accouchement et la sage-femme me confirme que la poche des eaux est fissurée, elle veut donc me revoir dans 2h.

Nous revenons à la chambre, souhaitant nous reposer… Mais je ne tiendrais pas longtemps, les contractions ont débarqué d’un coup, fortes desuite. Paps restera finalement… J’appelle le personnel qui me demande de patienter, la sage-femme du bloc vient de m’ausculter, il faut que je tienne… Ok je prends sur moi… Rien ne me soulage… L’immobilité m’est impossible, alors je marche, me pliant en deux à chacune des douleurs… Finalement à 23h elle vient me chercher, nous accompagne en salle d’accouchement pour la énième fois, sauf que là, je mets le triple de temps… Obligée de m’arrêter tous les quatre pas et de me tenir au mur… Je m’allonge, elle se tourne pour s’installer à m’ausculter et là… PLOC… « Je crois que j’ai perdu les eaux« … En effet… Mais dilatation à 2 tout juste… Du coup, cela fait 3-4 heures que j’ai fissuré et les contractions ne sont pas assez efficaces, on passe donc à l’étape de l’ocytocine pour accélérer les choses…

Mardi arrive, à 1h30, je suis dilatée à 4 mais je souffre… Malgré que ce soit juste, elle me propose de faire poser la péridurale maintenant pour me soulager… J’accepte volontiers, après m’être renseignée sur l’anesthésiste de garde (Je reste lucide tout de même)!! 2h, Arnaud me soulage… Oui, il m’a même demandé qu’en tant que collègue, notre fils ait son prénom… Chose que nous… n’avons pas fait ^^ Il ne me reste qu’une seule question : « puis-je dormir?? » Cela fait 21h que je suis debout… Je sens qu’il faut que je prenne des forces… Je tente au mieux de dormir… Entre deux alarmes du monitoring sur lequel je vois ma tension chuter à 8 puis 7 puis 6… La sage-femme sera à mon chevet toute la nuit… Heureusement qu’il n’y a que moi ^^

Lors de l’auscultation de 4h, déçue elle me résume « Vous n’êtes qu’à 5… Vu l’avancée, je n’aurais pas la joie de vous accoucher… Je reviens vous voir à 6h avant la relève. »

Elle sera ponctuelle, et finalement devra s’installer, car je suis « à complète« !! « C’est parti, deux/trois poussées et votre bébé sera là« …. Ou pas!!

Toujours monitorée, au bout de trente minutes, elle décide de réveiller la gynécologue de garde car crevette est coincé dans le bassin! Par chance, les praticiens de garde ont un bon réveil et sont très agréables (je parle de l’anesthésiste et de la gynéco). Elle m’explique que mon périnée bloque, il faut une épisiotomie… On m’en avait parlé à plusieurs reprises en consultation, donc j’y été préparée (« 15 ans de danse et 3 d’équitations ne font pas bon ménage Madame« ). Mais cela ne suffira pas… L’appareil d’échographie est sorti en urgence, et là, je ne comprends plus, je suis perdue… La gynéco et la sage-femme ne me parlent plus, elles se regardent et se font des messes basses, Paps me soutient, l’auxiliaire à ma droite m’encourage… Mais je n’ai plus de force, je n’entends plus le coeur de mon fils battre, je souffre… On m’explique alors qu’il faut utiliser les spatules pour l’aider dans sa descente… Cela ne suffira pas non plus… La gynéco s’aide en se poussant des pieds sur le bord du lit, la sage-femme est sur moi, appuyant sur mon ventre à chaque poussée… J’essaie de faire ce qu’on me dit, je sens le stress de tout le monde, je souffre, malgré la péri, j’ai mal, trop mal… Il est mort et je dois le faire sortir malgré tout… A 7h17, on me le pose sur moi en peau en peau… Mais pourquoi me font-elles ça? 

A 7h18… La minute la plus longue de ma vie… Il pleure!! Il est vivant! Mon bébé est dans mes bras, contre moi, toutes mes angoisses s’envolent! Quelques minutes après, Paps accompagne l’auxi pour les soins, la gynéco me recouds. Les Paris sont lancés et le verdict tombe : 3kg900 et 53cm, mon périnée n’était pas le problème… C’est juste que la voie basse était trop juste…

Phototastic-17_08_2016_b37d9fb0-3683-46f5-9e73-807952384d87

Nous voilà trois, réunis, une famille, MA famille…

Bon cela m’a coûté 30 points d’épisiotomie, une rafale de stress, noyée dans la fatigue… Mais je suis heureuse… et la douleur?? Quelle douleur?? J’ai souffert? Vraiment??? M’en rappelle plus 😀

 

Publicités

Une réflexion sur “Vivre le Post Terme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s