Les terreurs nocturnes

Attention article à lire de préférence en plein jour!! Non ok, je déconne. Vous avez le droit de le lire bien au chaud sous la couette juste avant de dormir…

 

Aujourd’hui je vous parle d’un problème que je ne connaissais pas il y a trois ans. Les terreurs nocturnes, à différencier des cauchemars durant lesquels la personne se réveille et a conscience d’avoir eu peur dans son sommeil, même si elle ne sait plus exactement pourquoi.

La terreur nocturne provient lors de stress, d’angoisses, lorsque le corps et l’esprit n’arrive pas à faire la transition sommeil paradoxal/sommeil profond.

J’ai connu ça pour la première fois avec Paps, alors que j’étais enceinte de 8-9 mois, en pleine nuit, il s’est assis dans le lit et s’est mis à hurler, les yeux fermés, il était très tendu physiquement, je n’arrivais pas à le faire se recoucher, ni à le réveiller, cela a dû bien durer dix minutes. Une fois réveillé, il a pris peur pour moi et est parti finir la nuit sur le canapé. Cela fait vraiment peur mais j’était loin de m’imaginer que cela serait plus fréquent quelques mois plus tard…

Quinze mois plus exactement, mais ce n’était plus Paps la victime de ces terreurs mais mon loulou chéri. Par chance pour moi, cela ne survenait que lorsque j’étais déjà couchée, c’était donc Paps qui gérait avant de se coucher à son tour. Cela a débuté dans une période difficile; Paps était en arrêt de travail pour burn out, beaucoup de questions se posaient à ce moment là, les recherches pour changer d’employeur n’étaient pas convaincantes et cela n’arrangeait pas la santé de Monsieur…

J’ai amené S. à une séance de micro kiné pour ce problème qui devenait plus qu’hebdomadaire… Nous avons pu passer une semaine tranquille, sans le moindre réveils nocturnes… Puis c’est reparti de plus belle…

Je me suis alors tournée vers une kinésiologue, qui après une séance d’une heure trente a tiré les mêmes conclusions que la kinésiologue : S. absorbe tout le stress du foyer, sauf qu’il ne peut le gérer seul mais qu’il essaie de trouver des solutions pour nous aider… Nous nous doutions qu’il subirait quelques angoisses, mais nous pensions arriver à le rassurer… Finalement, après lui avoir longuement parlé (il avait alors 17 mois), elle me conseillait de lui dire tous les soirs au coucher « Papa et Maman ont des problèmes de grands, ce n’est pas à toi de trouver des solutions, tu es un enfant qui doit jouer et rire, Nous trouverons les solutions et tout ira mieux« …

Pour celles qui connaissent Paps, vous imaginez sa tête lorsque je lui ai résumé la séance et la conclusion… Il s’est tout de même prêté au jeu… Et nous sommes passé de trois terreurs nocturnes par semaine à une tous les deux mois

Puis, nous avons déménagé, tout s’est très bien passé, j’ai été au chômage, plus de terreurs du tout, jusqu’à ce que je me mette à chercher du travail…

En un an, nous comptabilisons trois crises. Cette fois j’ai assisté aux trois, et cela a été très dur pour moi. Je n’imaginais pas autant… Lorsque S. fait une terreur nocturne, il hurle, mais un cri d’épouvante vraiment très fort, il se débat, même dans nos bras, il se jette en arrière, les yeux fermés ou à moitié ouverts et révulsésIl est possédé… C’est vraiment l’image que je garde à l’esprit… Et je me sens à chaque fois tellement impuissante… J’ai bien lu qu’il ne faut pas le réveiller et juste rester auprès de lui et le rassurer jusqu’à ce qu’il s’apaise… Mais le temps est tellement long, je n’attends qu’une chose : retrouver mon petit garçon… Alors je fais tout pour le réveiller, qu’il réalise que je suis là, que tout va bien…

Suite à notre prochain déménagement, je compte reprendre contact avec cette kinésiologue, qui même si elle sera loin de notre futur domicile, nous a beaucoup apporté et je pense que des séances régulières seront favorables à S.

Je lis beaucoup sur l’éducation et pour espérer avoir un enfant pas trop angoissé mais malheureusement je suis persuadée qu’il y a une part de génétique, et avec le caractère plus qu’angoissé de Paps, notre fils démarre dans la vie avec un sac bien rempli… Je ferais tout pour l’accompagner au mieux et lui éviter des angoisses, même si cela est compliqué pour moi, pour nous, c’est une telle souffrance…

 

Vous connaissez les terreurs nocturnes? Comment les gérez vous?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s